.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Correspondances - Protection?

Aller en bas 
AuteurMessage
Esmée David
Camarade
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 10/10/2015
Grade : Au service de la Dame Perpelle

MessageSujet: Correspondances - Protection?   Ven 27 Nov - 11:29

HRP : Vous êtes mignons "mets-ça dans une partie RP"! Y'en a plus!

† Echanges antérieurs †

Svein recevra, au laboratoire de Marvenn, un billet élégamment écrit, sur un papier raffiné - au bordereau de l'expéditeur, une adresse au Promontoire Divin.

Citation :
Madame Svein, Sachem,

Il apparaît que la Dame Harlise Perpelle prend une place proéminente au sein de l'Ordre en tant que pourvoyeuse de fonds. Il apparaît que cette place et cet engagement financier exposent la Dame Perpelle à des menaces physiques et budgétaires ; qu'étant donné cet engagement, il semble que l'Ordre doive assurer la protection de la Dame Perpelle, en bon retour de procédé en plus de lui permettre d'assurer sereinement ses fonctions au sein de votre entreprise.

De ce fait, et après avoir pu constater en l'espèce le caractère potentiellement dangereux du milieu où évolue la Dame Perpelle, demande l'assignation d'une personne chargée de sa sécurité lors que la Dame quitte ses quartiers, aux frais de l'Ordre et à sa responsabilité pour tout comportement irrévérencieux ou non professionnel que pourrait déplorer la Dame.

Cordialement,

Esmée David,
Intendante de la Dame Harlise Perpelle,
Le 48ème Jour de la Saison du Colosse,
1328 A.E.
Promontoire Divin, Quartier de Salma.

-°-

† Et maintenant? †

Esmée monta prestement les marches qui la séparaient des appartements de sa dame, où, à cette heure, elle devait s'appliquer à lire quelque prose de l'un des derniers hommes de lettres en vogue au Promontoire. Un petit paquet de lettres entre les mains, elle s'étonna encore de voir comme les nouvelles pouvaient circuler rapidement au sein de cette petite communauté nobilitaire - Harlise n'était montée en ville que depuis peu, et déjà elle recevait des billets lui souhaitant la bienvenue, ou lui proposant de prendre le thé dans ce salon qui avait ouvert ses portes dans le Quartier d'Ossa. Et pourtant! La dame n'avait pas sa propre demeure en ces lieux. Elle résidait chez une connaissance, Mademoiselle Erine de Branlechant, dont les parents lui avaient acheté une petite maisonnée dans le Quartier de Salma, où elle pourrait "chercher à s'élever en bonne compagnie". Force était de constater que Mademoiselle de Branlechant n'avait pas trouvé homme qui la satisfasse, et le dernier qui s'y essaya, un certain Edmund de Lormes aurait été, dit-on, éconduit par elle après une erreur de force gravité. Il lui avait donné un bouquet de roses rouges et non blanches. Quelle indécence! - la petite voix cristalline de la demoiselle Erine et son expression à la fois contrariée mais trop maniérée pour être prise pour sérieuse, arracha un sourire à Esmée lorsqu'elle lui revint en mémoire.

Esmée ne savait s'il était bon de demeurer chez cette demoiselle plus longtemps, pourtant. Harlise aimait, mine de rien, à avoir un contrôle relatif sur ce qui lui arrivait, et cette demoiselle appréciait la chose tout autant. Nul doute que leurs relations finiraient par se détériorer de trop de contrariété si elles devaient cohabiter pour un temps trop étendu.

Esmée toqua à la porte quatre fois, comme d'ordinaire pour annoncer sa présence, et entendit une petite voix derrière la porte qui lui laissa supposer qu'elle pouvait entrer. Harlise était debout devant la fenêtre, les bras croisés - mais tenant de sa main droite un petit feuillet où l'intendante pouvait voir quelques lettres imprimées. Avait-elle reçu un message qu'Esmée n'avait obtenu par avant? La mine de sa dame était à la fois étonnamment lasse et sérieuse. Madame..? se risqua-t-elle de demander.

Harlise se retourna, soupirant doucement. Esmée, dit-elle, je suis lasse de ces poètes qui racontent sans cesse les mêmes choses sans même chercher à se targuer d'une once d'originalité! Il faudra que nous trouvions un amateur d'art un minimum appréciable, que je puisse au moins dans mes lectures trouver chose agréable. Oh, elle n'était au final que légèrement agacée, semblait-il. Que voulez-vous Esmée?

Ma dame, j'ai pu obtenir votre courrier. Il y a là quelques billets de vos amis, notamment un de Messire Arthur de Saville. Il vous invite à lui rendre visite, à lui et sa femme, dès que la chose vous tentera. Ils retourneront probablement en province d'ici Hivernel afin de passer les fêtes en famille. - elle enchaîna ainsi sur quelques déclarations triviales, mais son expression traduisait un relatif malaise. Après un temps, elle en arriva enfin à un rouleau d'une belle facture, refermé par un fil de soie. Un message délicat, et qu'Esmée sembla avoir, une seconde, hésitation à aborder. Et, mh, ma dame. Nous avons reçu une réponse de la part de l'entreprise.

Oh? Quelle est-elle? lança Harlise en fendant son visage d'un sourire.

L'intendante observa la lettre, l'ayant déroulée, et se mordit l'intérieur de la lèvre. Il y avait manifestement quelque chose qui la dérangeait. Ma dame... je crois pouvoir dire que votre demande a été rejetée par la... mh, "Sachem". Elle vous invite à vous rendre à Garenhoff si vous tenez à être protégée. Et...

Quoi "Et..." ?! fit Harlise en imitant sa servante. Ne savez-vous donc plus lire?! Donnez-moi cette lettre! - elle alla rapidement jusqu'à Esmée et, agacée, lui prit la lettre dans un mouvement magistral.

Citation :
Dame Esmée,

Considérant l'état brumeux dans lequel Svein se présente, je serai chargée de vous fournir une réponse palpable. "J'aime quand les mots touchent".

Pour des raisons qui regardent principalement la sauvegarde et la réhabilitation de notre jeune confrérie, mais également pour la préservation des coques et des Esprits qui l'habitent, il nous est impossible de fournir des enveloppes actuellement vivantes, pour la garde personnelle de votre maîtresse. Si toutefois Dame Harlise Perpette souhaite jouir d'une qelconque sauvegarde de son entité, Svein l'invite ardemment à rejoindre la base luminescente actuelle.

Malgré le fait que Dame Perpette soit, à ce jour, notre seule mécène, son engagement auprès de la guilde lui interdit d'en sortir les secrets ou de les parler. Par conséquent, Svein m'a gentiment informée que je pourrais prendre possession de la carapace si il y a manquement aux closes de confidentialité.
"A ce sujet je tâcherai d'en prendre grand soin".

Que Ventari et l'Arbre clair vous garde.

Ghilann
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Correspondances - Protection?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Eco] Protection des livres des comptes
» Manuel de protection rapprochée
» Sous la protection de Thor !
» Les rudiments de l'Epée
» ban list

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
. :: Le Cadastre :: La Guilde :: Récits-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: