.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 [Flashback] Calibre

Aller en bas 
AuteurMessage
Oswald Calibre Tark
Camarade
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 17/01/2017
Age : 27

MessageSujet: [Flashback] Calibre   Mer 1 Mar - 18:20

Le Poids des Souvenirs


Chapitre I: La fine équipe



-"Tark!"
L'homme sursauta, pris par surprise. Il se recoiffa rapidement avec ses doigts, tout en se relevant d'un bond de son lit. Le Tacticien Bornok le toisait d'un regard sévère, le dominant de toute sa hauteur alors que le jeune homme se mettait au garde à vous, l'esprit encore embrumé par un réveil brutal.
-"Alors, Tark, on fait la sieste en douce?" La voix du Charr, gutturale et sèche, inspirait le respect, sinon la crainte. D'une taille impressionnante, même pour un Charr, le corps recouvert d'un pelage sombre moucheté de zones fauves, seul le bout de son museau était dépourvus de poils. Des cornes proéminentes et menaçantes, capable d'encorner a peu près n'importe quoi, et des crocs saillants à faire frémir de jalousie une génitrice Drake.
Oswald ne répondit pas, se sachant pris la main dans le sac.
"Voilà vingt minutes qu'on te cherche partout, Calibre. File à la salle de réunion rejoindre les autres, au pas de course!" lança-t-il d'un ton qu'on ne discute pas.

Ne se faisant pas attendre, il trottina dans le dédale de couloir qu'étais le Fort des Veilleurs, passant de salles en salles. Il s'arrêta en cuisine pour prendre un petit pain encore chaud; il ne pourrait pas être attentif le ventre vide. Il arriva enfin dans l'une des salles de réunion, ou plusieurs individus tournèrent la tête à son arrivée.
-"C'est pas dommage, Calibre! Bornok te cherche partout!" Déclara un Asura, de sa voix grincante.
-"Vrai, il nous à même demandé de te botter les fesses au prochain entrainement!" ajouta non sans amusement un Norn en armure.
Les autres pouffèrent de rire, sauf l'Asura.
-"Désolé Vokk, j'ai du mal à rester éveillé le ventre vide." tenta de se défendre Oswald, tout en prenant place sur une chaise, face à un tableau.
-"Ouais, le ventre vide hein?" Une jeune femme s'avança pour retirer les miettes de la veste du coupable, moqueuse, avant de prendre elle aussi place sur une chaise.
-"Çà va, Katy, n'empêche que vous pouvez vous moquer, mais Bornrk n'est pas là non plus, donc on ne peut pas commencer le Briefing." ajouta-t-il avec malice en s'adossant nonchalamment sur le dossier de sa chaise, mains derrière la tête.
La réponse ne se fit pas attendre, et le taquet qu'il se prit derrière le crâne le fit presque tomber de son assise. Bornok ne s'arrêta pas pour autant, rejoignant directement le tableau. Tout le monde fit silence, tentant de ne pas rire, et se mirent à l'écoute du Tacticien.

Gudrun, Vokk, Katy, Anwë, Arknar et Fridhilde. Ils étaient tous présents, et formaient avec Oswald l'escouade de Bornok. Tous se connaissaient bien, et une atmosphère de franche camaraderie s'était créée au gré des missions accomplies et du temps passé ensemble. Chacun pouvait compter sur les autres sans se poser de questions, et tous savaient ce qu'ils avaient à faire.

Voilà quelques semaines que les Veilleurs avaient rejoint le Pacte, dans l'optique de tuer Zhaitan, et de mettre un terme à la menace Orrienne. L'île de la Griffe avait été reprise, les troupes étaient entrées en Orr, et il ne restait que quelques efforts à fournir pour venir à bout du Dragon de l'Entropie. Le Pacte avait l'ascendant, et les Veilleurs était son fer de lance.

-"Bon, on peut enfin commencer."grommela le gradé. "Notre mission est simple. Nous devons escorter un groupe d'explorateurs du Prieuré près des ruines d'un ancien temple. Il se pourrait qu'un artefact puissant soit caché là bas, et évidement, mieux vaut qu'il nous serve nous plutôt que l'autre lézard. La zone est sécurisée, elle a été nettoyée avant hier. On retrouve le groupe au camp de la Crête Indiscrète, au Rivage Maudit. Un téléporteur Asura a été mis en place. Pas de zèle: On y va, on escorte, on protège et on revient. On ne cherche pas le contact avec les trépassés, sauf s'ils embêtent nos petits copains à grosses têtes du Prieuré. Compris? Des questions?"
Tous acquiescèrent et Vokk leva sa petite mains grise.
-"Combien de temps durera la mission? Devons nous prévoir du couchage? Des vivres?" Vokk était un Asura d'âge avancé. Le visage plissé à de multiples endroits, c'était l'ingénieur et le cerveau de l'escouade. Malgré son caractère typiquement Asura, ses qualités et ses compétences étaient plus qu'appréciées parmi le groupe.
-"Rien de tout ça, le Vénérable. Ça devrait prendre à peine une après midi." répondit le Charr au vieil Asura. "D'autres questions?" Chacun secoua la tête."Bien, allez vous équiper, on se retrouve au portail dans une heure. Rompez."

Le petit groupe alla donc se préparer. Gudrun, le Norn, équipa son espadon fétiche. C'était une force de la nature, enfin, autant que faire se peut pour un représentant de cette race. Les cheveux courts, de couleurs paille, coiffaient une tête couturée de cicatrices, avec une mâchoire carrée presque caricaturale. Il avait le rire facile et sa force n'avait d'égale que son envie d'en découdre. Il portait le doux surnom de "Sourire", qu'il arborait sadiquement en combat. Mieux valait l'avoir à ses cotés, plutôt qu'en face.

Il flatta la croupe de Fridhilde en ricanant, cette dernière lui donnant un coup bien sentis sur l'épaule. Ces deux là fricotaient ensemble, tout le monde s'en doutait, mais personne n'y portait attention, par respect pour leur vie privé. Fridhilde était également une Norne, le teint un peu halé, de longs cheveux roux ondulants le long de son dos, tombants sur une chute de rein qui en fit soupirer plus d'un au Fort. Elle avait quelque chose de féline dans ses manières, sa démarche, et même son regard. Son passé de chasseresse dans les Cîmefroides lui donnèrent des talents de pistage et une acuité visuelle de renom. Elle n'avait pas de surnom, car elle détestait cela, et n'hésitait pas à corriger les petits malins qui s'évertuaient à lui en donner un.  

Anwë s'équipait silencieusement, levant les yeux au ciel à la petite scène des amoureux. Le Sylvaris à l'écorce marron était le plus réservé du groupe. Peu bavard tout en restant sociable, c'était le mage du groupe. Sa passion pour l'écriture lui valurent des moqueries sur le fait qu'il aurait mieux fait de rejoindre le Prieuré, et gagna le surnom de "Scribouillard". Ce surnom ne fit pas long feu. Sa magie élémentaire sauva la mise du groupe à quelques reprises, ce qui le fit passer de "Scribouillard" à "Petit Chêne".

Katy était le médecin du groupe, même si rien de l'indiquait sauf son surnom "Doc", un classique. Un vrai garçon manqué et les manières qui allaient avec. Impatiente, moqueuse et désinvolte, elle savait néanmoins s'y prendre avec de nombreuses blessures, et c'était une amie sur qui on pouvait compter et s'amuser.

-"Ca va la tête, Calibre?" demanda en riant Arknar. C'était le spotter et le meilleur ami d'Oswald. Un Charr plus fin que la moyenne, au pelage brun zébré de gris et aux cornes tombantes. Ils l'avaient surnommé "Bel-Oeil", car en tant que bon spotter, il pouvait repérer une cible même camouflée à plusieurs dizaines de mètres de distance.

Le groupe était paré pour une énième mission, attendant le signal de départ, en rang devant le portail. Tout le monde était confiant, et personne ne se doutait des événements qui allaient suivre...
Bornok arriva en dernier, en armure lourde, équipé de sa masse et de son bouclier. Il inspecta soigneusement chacun des membres de son équipe, l'oeil critique.

-"Très bien, j'ouvre la marche. Fridhilde, Sourire, derrière moi, suivit de Vénérable et de Petit Chêne. Vous deux, vous fermez la marche. Ouvrez l'oeil, tous. Même si c'est pas la première sortie à Orr, ça reste Orr. En action, Veilleurs!"
A ces mots, le groupe adopta la formation ordonnée, et traversa le portail vers ce qui allait être leur dernière mission.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oswald Calibre Tark
Camarade
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 17/01/2017
Age : 27

MessageSujet: Re: [Flashback] Calibre   Mer 1 Mar - 18:21

Seul, avec soi même.

Les derniers rayons de soleil éclairaient les champs de Cornabonde, une douce brise faisant onduler les pousses légères. A mesure qu'il approchait de la maison, Oswald sentait un nœud se former dans son estomac. Il avisa quelques secondes la bâtisse, au pas de la porte, cherchant le courage d'entrer. Il posa finalement sa main sur la poignée, la serrant plus fort que de raison.

"Allez Oswald, tu peut le faire, respire..." se dit-il, dans un murmure.

Il enfonça la clé dans la serrure, et la tourna, créant un bruit caractéristique de verrous qui se débloquent. Tournant la poignée, il poussa lentement la porte, qui émit un léger grincement. Le soleil mourant filtrait à travers les quelques fenêtres de la bâtisse, créant un jeu d'ombres et de lumières dans la pièce. Il entra, brisant le silence du seul bruit de ses pas sur le sol boisé...
Il laissa vagabonder son regard dans la pièce. Meubles typés Canthien, évidement. Décoration sobre, beaucoup d'espace... Tout était à sa place, évidement. Il se remémora à quel point Sonia était organisée et soignée, même dans son cadre de vie... Sa vue se posa sur la cuisine. Soudain, les odeurs qui lui étaient devenus familières lui parvinrent: épices, viandes diverses et légumes variés; les bons plats qu'elle préparait... Le nœud qui hantait son ventre s'amplifia, lui faisant serrer la mâchoire.
Il traversa lentement la pièce, touchant délicatement un meuble de bois laqué au passage, avant de monter un escalier, pour arriver dans la salle de bain.

Il y trouva la baignoire... Cette foutue baignoire qui lui servit d'excuse maintes fois pour s'inviter chez elle. Cette baignoire qui fut source de tant de rires, d'apaisements et de moments où elle prenait soin de lui, à lui laver les cheveux...
La pièce s'illumina dans son esprit, les rires et les discussions résonnant dans sa tête, les bougies judicieusement disposées éclairant la pièce d'une douce lumière...
La vision s'évanouie bien vite, laissant l'obscurité naissante assombrir le lieu, les bougies absentes, la baignoire... vide. Le nœud se formait désormais dans sa gorge, mais il resta fort. Il redescendit lentement au rez-de-chaussé, dans des "cloc, cloc" régulier au fil de ses talons sur les marches.

Il gagna la chambre, fébrile. Son regard divagua sur les détails... Ses parfums, son maquillage... Le visage souriant et mystérieux de la Canthienne vinrent le hanter... Et il avisa le lit... Des silhouettes nues dansaient sur le lit, dans des gestes langoureux, des étreintes aimantes et des ondulations sensuelles... Il ferma les yeux, longuement, pour se contenir.
Lorsqu'il ouvrit les yeux, son regard tomba sur un détail qui bloqua son esprit... Des origamis... Il s'approcha, lentement, comme s'il ne voulait pas troubler la paix du lieu... Comme si Sonia dormait dans le lit, vide évidement.
Il observa les papiers pliés... Ceux faits par la belle femme, à son image: propres, soignés, parfaitement exécutés, dans des formes diverses, tantôt des grues, des roses ou autre. Puis ceux de Calibre, posés sur sa table de nuit. Des... formes plus ou moins reconnaissables, froissées, mais faites avec le cœur.
Sa vue se brouilla lentement de larmes, sa mâchoire se serrant et se desserrant sans discontinuer... Il se saisit d'une des œuvres de Sonia et vint s'asseoir lourdement sur le lit, ses coudes reposants sur ses genoux, tenant le fragile objet entre ses mains, des larmes perlant paresseusement sur ses joues déjà creusées par de longues heures de peine.

Il resta ainsi plusieurs minutes, puis se décida à redescendre, finalement. De retour au milieu du salon, un florilège de bruits, de voix, d'odeurs, de lumières vinrent le hanter une nouvelle fois. Il pouvait se voir, aux cotés de Sonia, partageant un repas, s'embêtant dans des bataille de chatouilles, des longues discussions autours d'un thé, les massages alors que l'un ou l'autre terminait des papiers ramenés du bureau.

Ces images le terrassèrent. Il tomba lentement à genoux, courbant le chef, les larmes perlant sur les verres de ses lunettes, dans un ultime accès de peine. Il resta ainsi à pleurer, seul dans l'obscurité ambiante, pendant un long moment, luttant pour ne pas écraser l'origami dans sa main.
Ses sanglots solitaires violant la quiétude...


 Seul, avec lui même...  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Flashback] Calibre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Remand sur un Flashback
» [Résolu] Talrand & Flashback, Rebound, Copy, Storm et autres...
» [Flashback] Mêlés dans le Deuil
» [Des armes modernes] par Zwyrowsky
» Retour de Ghent : Report

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
. :: Le Cadastre :: Votre Histoire-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: